Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La communauté montréalaise de fournisseurs d’accès Internet, de fournisseurs de services,  de contenu et d’hébergement d’équipement a conclu qu’il était plus que grand temps de faire quelque chose.

Il est dur à croire que jusqu’à présent Montréal et le Québec n’aient pas été équipés d’un point d’échange Internet à la mesure de leurs besoins et de leur potentiel à l’instar de villes telles Frankfort (DE-CIX), Amsterdam (AMS-IX), Londres (LINX), Paris (France-IX), New-York (NYIIX) ou Toronto (TORIX) et plusieurs centaines d’autres villes dont le nombre et les volumes de trafic évoluent constamment.

Le QIX ne part pas de rien. Le RISQ (Réseau d’Information Scientifique du Québec) fournit un réseau de communications des plus avancés au monde au profit de la communauté de l’éducation et de la recherche de la province incluant universités, cégeps et centres de recherche.  Un des services offerts de longue date par le RISQ est une passerelle entre « l’Internet de l’éducation » et « l’Internet commercial ».  Le passage entre ces deux mondes est assuré par le QIX (Quebec Internet Exchange), actuellement situé au 625 René Lévesque ou la plupart des fournisseurs Internet se connectent et qui sert de point d’interconnexion avec le réseau du RISQ.     

Étant donné leur expertise inégalée en la matière, le RISQ et son QIX étaient le point de départ logique. De plus,  de nombreux échanges Internet commerciaux de par leur monde puisent leurs racines et origines  dans le monde des réseaux de recherche et d’éducation ou est né l’Internet. 

Le catalyseur a été une initiative de l’ACEI (Autorité Canadienne d’Enregistrement Internet) mieux connu sous son acronyme Anglais CIRA  (Canadian Internet Registration Authority) qui a réuni certains joueurs Montréalais afin de discuter de la nécessité de mettre sur pied un échange Internet commercial. Cette rencontre a confirmé la volonté commune d’implanter un échange à but non lucratif dont la gouvernance et le financement seraient assurés par ses membres.  Un groupe de travail a rapidement été constitué pour mener à terme cette vision.

Le résultat est le nouveau QIX qui a été inauguré le 23 avril 2013.

Comme Montréal est un marché très concurrentiel comportant quelques 35 centres d’hébergement de données et de colocation, il était essentiel que le point d’échange choisi soit localisé à un carrefour majeur ou se rencontre un maximum de réseaux. Le 1250 René-Lévesque, opéré par Cologix, a été retenu par le groupe de travail.